Partagez | .
 

 Blackhill D. Brand - Journal de bord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 14
Date d'inscription : 18/03/2018

MessageSujet: Blackhill D. Brand - Journal de bord   Sam 25 Aoû - 19:12


⇝  Nom & Prénom: Blackhill D. Brand
⇝ Âge : 31 ans
⇝ Sexe :
⇝ Fruit du Démon : Yami Yami no mi
⇝ Origine : North Blue
⇝ Affiliation : Piraterie
⇝ Équipage : Black Rhapsody
⇝ Rôle : Capitaine
⇝ Haki : Kenbunshoku ☆☆

→ Extrait du Journal de Brand

« Devil Jack tombera. »

Je me souviens aujourd'hui encore du sourire qu'elle m'a adressé en prononçant ces mots.

Tout a commencé il y a dix ans, peut-être plus. Je n'étais qu'un simple mercenaire lorsqu'elle est venue à moi avec un sac de Berrys en main et de sombres promesses dans les yeux.

Elle savait aussi bien que moi que mes ambitions ne se limitaient pas à manier l'épée pour de l'argent, et encore moins pour un Seigneur Pirate aux sombres desseins. Mais il fallait bien commencer quelque part, et je ne pouvais espérer meilleur départ que celui qu'elle m'a offert : non seulement assez de Berrys pour ne plus être au service de qui que ce soit, mais autant que nécessaire pour investir dans mon plan et établir les relations requises. La vie dont j'avais toujours rêvé était enfin à ma portée.

Enfant, déjà, je rêvais d'une vie pleine de liberté. Une vie où je serai suffisamment fort et suffisamment riche pour me défaire de mes entraves, m'élever, et m'élancer à l'aventure aussi loin que le monde puisse le permettre. Ce rêve, je le dois à mon Père. Il était pirate, un homme fort et loyal envers ses fidèles, il était mon modèle. Malheureusement, la vie de pirate n'est pas toujours la meilleure pour les gens qui se veulent droits et attachés à des principes moraux louables. Mais il est mort en héros, et j'ai toujours souhaité suivre ses traces, peu importe les façons d'y parvenir.

Je pouvais me servir d'elle. Je pouvais profiter de son offre pour obtenir tout ce que j'avais toujours voulu... Du moins, c'est ce que je croyais. J'ai donc accepté son aide et commencé à orchestrer un plan qui pourrait mettre des bâtons dans les roues de cet homme sans scrupules.

Pour disposer des hommes indispensables à mon entreprise, j'ai fondé ma propre flotte sous la bannière de ce pirate : Black Rhapsody, bien qu'elle portait encore le simple nom de "Black Fleet", à cette époque. Trois années durant, j'ai rassemblé des renseignements sur Devil Jack, puis j'ai mis ces connaissances à profit pour supprimer systématiquement les obstacles qui se dressaient sur mon chemin.

J'ai exploité les relations de cette femme pour faire connaître ma flotte et gravir les échelons auprès de Devil Jack, que notre nom parvienne jusqu'à ses oreilles. J'ai recruté les pires scélérats, des individus sans scrupules ni attaches, pour leur faire jouer le rôle de bandits et de voleurs. J'envoyais ces « malfrats » attaquer les flottes de Devil Jack les moins protégées, puis mes Black Fleet venait les chasser. Du grand spectacle !

Les autres flottes n'avaient aucune chance de nous couper l'herbe sous le pied. Les escarmouches avaient toujours lieu loin du centre du complot et surtout, nous connaissions à l'avance l'endroit exact où elles allaient se produire. Comme les « ennemis » que nous affrontions étaient en réalité nos propres hommes, nous n'avions aucun mal à donner l'apparence d'une victoire écrasante. Grâce à cette mise en scène, les Black Fleet se sont rapidement faits un nom et sont, comme espéré, devenus des hommes de mains influents et proches de la cible à abattre.

Cependant, le Yonko Devil Jack jouissait d'une grande popularité auprès de ses mousses. Il aurait été difficile de détourner l'estime que lui vouaient ses hommes. La solution la plus simple consistait donc à le faire disparaître complètement. Son Empire ne perdurerait guère si ses sujets n'étaient plus unis par la confiance qu'ils portaient à leur souverain. C'est ainsi que j'ai choisi Brahm, le second des Black Fleet, qui nourrissait une haine viscérale à l'égard de Jack. J'ai fait de lui un membre influent de sa flotte pendant un temps, afin qu'il soit rattaché à la garde personnelle du Yonko, le poste idéal pour commettre un meurtre.

Il ne restait plus qu'à donner à Brahm l'occasion qu'il était si impatient de saisir. Grâce à un savant mélange de mensonges et de vérités, j'ai enflammé le coeur de ce jeune pirate dont j'avais gagné la confiance. J'aurais pu lui raconter n'importe quelles balivernes. Les humains se moquent de la vérité. Ils croient ce qu'ils veulent croire.

Au bout du compte, l'assassinat a échoué car mon complice m'avait trahit au moment propice ; il espérait ainsi s'assurer une place encore meilleure que la mienne à la solde de Devil Jack en nous vendant, et sauver ainsi sa propre peau. Il m'avait pris à mon propre jeu, le fumier. Fort heureusement, les circonstances étaient à mon avantage ce soir là ; j'ai malgré tout réussi à gâcher les projets du Yonko sur les plusieurs années à venir, grâce aux informations recueillies sur un Fruit du Démon, qu'il avait récupéré lors de la Bataille du Bout du Monde. En lui dérobant au nez et à la barbe ce fruit qu'il s'apprêtait à dévorer pour « régner sur le monde », si je reprends ses mots, avant de m'enfuir à bord d'une barque de plaisance, caché parmis les vivres.

Après la « chute » du Yonko, j'ai décidé qu'il était temps de régler mes comptes avec cette femme. N'ayant plus besoin d'hommes de main, j'ai abandonné mes mousses à leur sort en leur laissant l'ancien pavillon des Black Fleet, puis je me suis servi des richesses que j'avais accumulées pour m'acheter une nouvelle vie, incognito.

... En toute honnêteté, il m'a coûté de rompre cette relation. J'aurais pu gagner bien plus si j'étais resté aux côtés de cette femme. Elle aurait pu m'offrir une fortune et un pouvoir dépassant les rêves les plus fous.

Mais prolonger cet arrangement aurait été de la folie. J'avais déjà été bien fou de me laisser mener à la baguette pendant si longtemps pour réduire l'essor d'un Empire pirate à néant, ou du moins gêner ses projets pendant plusieurs années.

Elle était belle, cela ne fait aucun doute. Mais l'ai-je jamais désirée, ne serait-ce qu'un bref instant ? Non. Car le mal se cachait derrière ce masque séduisant, un mal pur et déterminé à anéantir l'humanité, sans aucun doute. Cette femme était un poison, une sorcière.

J'ai donc coupé les ponts sans jeter un seul regard en arrière.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Blackhill D. Brand - Journal de bord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un journal de bord ?
» Journal de Bord - Explications
» Un journal de bord, c'est quoi ?
» Modèle de journal de bord
» Code pour votre journal de bord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Wibbo :: Les Histoires-